News

now browsing by category

 

RÉFORME DE LA SÉCURITÉ PRIVÉE

RÉFORME DE LA SÉCURITÉ PRIVÉE

La réforme de la sécurité privée a connu une nette avancée durant le mois d’août avec la validation par le Conseil constitutionnel de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques (loi macron) et de la loi relative au dialogue social et à l’emploi (loi Rebsamen). Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur vient de signer une circulaire assouplissant les règles d’emploi des agents doublement qualifiés S.S.I.A.P et sécurité privée.

Read the rest of this page »

Pros Cyno Versus Clubs Canins

pedro-300x300

Si les clubs canins demeurent le meilleur moyen de pouvoir accéder à des sports comportant du mordant et une excellente école quant à la compréhension de l’éducation et du dressage du chien, il ne faut pas oublier que leur rôle s’arrête uniquement à ces sports de mordant recensés par la CUN-CBG. L’activité de gardiennage, bien qu’ayant une représentation fantomatique au sein de la SCC avec le GT Administration qui représenterait les chiens d’intervention VP (voie publique) , n’est pas représentée à sa juste valeur et reste marginalisée par rapport aux activités sportives de la SCC. Ainsi, il n’est pas étonnant de constater que la SCC voulant maîtriser toutes les activités canines a créé le GT administration afin d’avoir une mainmise sur le secteur privé du chien de gardiennage, mais le résultat est sans appel : aucune décision majeure n’a été apportée par ce discret groupe de travail de la CUN-CBG dans le secteur privé.

On se souvient du fameux B.C.U (brevet du chien d’utilité), dont j’avais pu extraire le programme et que vous pouvez Télécharger ici qui semblait initier un avenir prometteur dans la formation du chien d’intervention privé.

Curieusement, ce programme n’a jamais vu le jour, on a même nié l’existence de l’ébauche d’un tel programme ; pourtant, j’ai extrait ce programme d’un PV de la CUN-CBG datant du 12 février 2008.

  1. Après plusieurs modifications, le contenu du BCU a été approuvé par tous les membres du GTA.

Tous les exercices prévus dans le BCU prennent en compte, la législation en vigueur et le minimum requis qui semble être nécessaire à la maîtrise ainsi que le contrôle de l’animal.

Brevet de Chien D’utilité

Destiné au Conducteur de Chien de Défense

  1. Objectif de cette évaluation

L’objectif général de cette évaluation est de juger les capacités professionnelles des Agents Conducteur de Chien de Défense ainsi que de contrôler la maîtrise de l’animal par son maître.

Lors de cette évaluation, sont jugées la prestation individuelle du chien, du maître de même que la cohésion de l’équipe.

Pour être jugés aptes, les Conducteurs ainsi que leurs chiens devront satisfaire aux critères précisés dans le règlement de l’épreuve.

  1. Règlement général

  1. Si l’équipe cynotechnique a satisfait aux épreuves le jury lui délivrera le Brevet de Chien d’Utilité. Ce Brevet à une durée de validité de deux ans

  2. Les équipes seront jugées par des membres issus du corps d’experts, habilités à évaluer les épreuves de travail incluant du mordant, mis à disposition par la Société Centrale Canine

  3. Le jury est seule habilité à délivrer ce Brevet.

  4. L’évaluation pour l’obtention de ce brevet de chien d’utilité sera mise en œuvre sur un des 1400 centres d’éducation et d’utilisation répertoriés dans les différentes préfectures.

  5. La première inscription des équipes à cette évaluation est sous la responsabilité des conducteurs de chien.

  6. L’inscription au renouvellement (validité deux ans) de cette évaluation est placée est du ressort de l’entreprise utilisatrice de l’équipe cynotechnique ou de l’intéressé.

  7. Pour les entreprises propriétaires de leurs chiens, l’inscription est placée sous la responsabilité de la dite entreprise.

  8. L’évaluation devient caduque dès lors qu’il intervient un changement dans l’équipe. Dans ce cas la nouvelle équipe devra passer une nouvelle évaluation.

  9. Sont dispensées de la première évaluation toutes les équipes cynotechnique qui auront suivi une formation en matière de conduite de chien certifiée.

  10. Le maître de chien doit avoir en sa possession les matériels canins suivant (1 muselière enveloppant complètement le museau de l’animal – 1 collier plat – 1 laisse de 2 mètres de long ). Ce matériel devra être adapté à la morphologie de l’animal, dans un bon état général et devra permettre de conduire l’animal avec toutes les sécurités nécessaires.

  1. Motif de report d’emploi

  • Chien bagarreur (*)

  • Chien agressif (*)

  • Chien ayant peur des coups de feu (*)

  • Matériels canins non conformes

  • Mauvais état de santé apparent du chien

  • Chien non identifiable

  • Vaccination pas à jour

  • Absence de l’équipe lors de sa convocation

  • Non-respect des consignes

  • Résultat d’évaluation insuffisant

  • Non présentation du papier administratif non à jour

  • Papier administratif non à jour

(*) Concerne les chiens bagarreurs, agressifs et/ou ayant peur des coups de feu au point de devenir incontrôlables et de ne plus pouvoir travailler.

  1. Condition d’engagement

Le chien admis à participer à cette évaluation test doit :

  1. Etre inscrit dans la liste des chiens autorisés à travailler

  2. Etre identifiable par le biais d’un tatouage ou d’un transpondeur électronique.

  3. Etre vacciné obligatoirement minimum contre la rage,

La leptospirose, la maladie de Carré, l’Hépatite et la Parvovirose, sont fortement conseillés pour des raisons de contagiosité et de zoonose entre chiens.

  1. Le chien devra être âgé minimum de 18 mois (convention collectif)

  2. La carte d’identification du chien devra être au nom, soit du maître de chien propriétaire de l’animal, soit au nom de l’entreprise propriétaire de l’animal.

Ne sont pas admis à passer les tests

  1. Les chiens classés dans la première catégorie (loi 99~5 du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants et à la protection des animaux)

  2. Les chiens de deuxième catégorie pour lesquels les démarches administratives ne sont pas en règle (loi 99~5 du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants et à la protection des animaux)

  3. Les conducteurs de chiens qui se sont vu signifier un refus préfectoral d’exercer un métier de sécurité et les personnes qui ont été condamnées pour mauvais traitements à animaux.

  1. Contenu de l’épreuve à l’obtention du Brevet de Chien d’Utilité

Test de sociabilité pendant l’identification (*) du chien et la vérification des papiers.

L’équipe se présente au jury, maître en tenue de travail, chien muselé avec la muselière d’intervention, et lui présente tous les documents (carte d’identification, certificat de vaccination de l’animal, papiers administratifs pour les chiens de la deuxième catégorie, carte d’identité, l’autorisation préalable d’exercer un métier de sécurité ainsi que la convocation au test), pendant la vérification de ces documents et de l’identification de l’animal, qui devra se faire sans difficultés, le chien est positionné à coté de son maître et ne doit en aucun cas agresser le jury, le maître doit avoir en permanence le contrôle de son animal, dans le cas contraire et/ou si les documents ne sont pas en règle l’équipe n’est pas autorisée à suivre le test et devra se représenter à une autre convocation.

(*) Identification sert à contrôler si les numéros, du transpondeur électronique ou du tatouage, qui sont inscrit sur les papiers du chien correspondent réellement au chien qui est présenté, la vérification se fera soit par le biais d’un lecteur de transpondeur électronique ou par la lecture en visuel de l’identification qui sera tatouée sur l’animal

Immobilité collective chien muselé.

Sous les ordres du jury, l’ensemble des concurrents se rend à un endroit désigné, chiens muselés et tenus en laisse. Les concurrents s’alignent sur un rang, puis sur l’ordre des juges, enlèvent la laisse, mettent leur chien « couché ».

Après avoir ordonné « reste », ils quittent le terrain au pas normal pour se rendre à un endroit déterminé d’où ils ne peuvent être vus des chiens.

Les chiens doivent rester tranquillement couchés pendant deux minutes comptées à partir du moment où les maîtres cessent d’être visibles des chiens.

Sur ordre du jury, et dans les conditions fixées par celui–ci, les maîtres, toujours au pas normal et en silence, rejoignent leurs chiens. L’exercice n’est terminé que lorsqu’ils reçoivent l’ordre de se remettre au pied. Ils quittent le terrain en bon ordre, chiens en laisse.

Cet exercice permet de contrôler.

  1. La sociabilité de l’animal envers ses congénères.

  2. Le niveau de dressage de l’animal.

Franchissement d’une haie de 0.80 mètres
Le chien doit franchir une haie naturelle et/ou artificielle de 0.80 mètres avec ou sans aide de la part de son maître (sans contact avec l’animal) Cet exercice permet surtout d’évaluer le potentiel physique de l’animal (suspicion de dysplasie, problème articulaire, etc…).
4. Suite au pied en laisse chien muselé avec coups de feu

Le maître conduit son chien en laisse, à l’emplacement de départ fixé par les juges.

Le chien doit suivre son maître sans s’occuper de sa muselière, l’épaule à hauteur du genou. La laisse doit être détendue La suite au pied s’exécute au pas normal et comprend trois changements de direction (à gauche, à droite et demi–tour).

Le maître s’arrête une fois au milieu de la 2ème branche et après le demi–tour.

Chaque branche doit faire au minimum 20 pas.

Cet exercice permet de contrôler

  1. Que le chien ne gêne pas le conducteur et n’entrave pas son déplacement.

Pendant la suite au pied 2 coups de feu avec un pistolet d’alarme de 6 ou de 9 mn seront tirés par un membre du jury à une distance minimum de 15 mètres de l’équipe cynophile

Cet exercice permet de contrôler

  1. Que le chien n’a pas d’appréhension aux détonations.

  2. La stabilité caractérielle.

  3. La parfaite maîtrise de l’animal par son maître.

5. Recherche et défense du maître chien muselé

A un endroit désigné par la commission, le maître, met son chien en condition et part pour une recherche en laisse. L’animal sera tenu en laisse longue et muselé.

A une distance d’environ 20 mètres, un individu sera mis dans une cache fermée et non visible de l’équipe au moment du départ de cette dernière. L’individu sera revêtu des protections adéquates à un travail de muselière et devra être silencieux le temps que ce denier n’est pas découvert par l’équipe cynophile.

Dés que l’équipe a détecté l’individu le conducteur de chien interpelle l’individu, le fait sortir de la cachette, effectue une palpation de sécurité (mesure de sécurité pour le conducteur de chien), le fait avancer vers lui, puis le remet au jury par une conduite dorsale.

Le chien devra rester vigilant tout le long de l’exercice et ne devra en aucun cas intervenir sur l’individu sans agression de la part de ce dernier. Le conducteur de chien devra interpeller l’individu de façon correcte et respectueuse.

Durant cet exercice, le maître est agressé. Cette agression a lieu :

  1. Soit lorsque l’individu avance vers l’équipe cynophile

  2. Soit pendant la conduite

  3. Soit pendant la palpation de sécurité

Ce moment est choisi par le jury, il est le même pour tous les concurrents. Le chien doit immédiatement et de lui–même défendre son maître par une réaction franche et sans équivoque.

Une fois l’individu neutralisé le maître reprend le contrôle de son animal et remet son chien en vigilance.

Cet exercice permet de contrôler

  1. Que le chien est en mesure de se servir de ses qualités sensorielles,

  2. Que le chien est apte à pouvoir défendre son maître dans des situations conflictuelles ou ce dernier est dans l’incapacité de commander la riposte.

  3. Que le chien possède un retour au calme nécessaire à l’emploi à un métier de sécurité ainsi qu’une parfaite maîtrise de ce dernier par le conducteur.

  1. Epreuve de courage et de maîtrise

(Référence = JO numéro 260 du 9 novembre 2001, arrêté du 26 octobre 2001 annexe 2, relatif a l’exercice de l’activité de dressage des chiens au mordant)

Le chien est à environ une dizaine de mètres de l’homme assistant, ce dernier fait face à l’animal et tire de coups de feu avec un pistolet d’alarme de 6 ou de 9 mn en direction de l’équipe cynophile (ce qui justifiera d’envoyer le chien en liberté afin d’intercepter l’individu). Une fois le chien lâché, l’homme assistant fait face à l’animal l’affronte en le menaçant avec son bâton « réglementaire » sans faire barrage, suite à une agression franche et caractérisée, le chien doit intercepter l’homme assistant par une prise franche. Lorsque le chien est en prise, l’homme assistant éprouve le courage de l’animal en lui donnant plusieurs « coups de bâton » sur les parties non sensibles du corps.

Lorsque le chien est en prise, le maître s’élance vers l’homme assistant. Arrivé à environ cinq pas, il commande sur ordre du jury la cessation et rappelle son chien au pied, l’animal a 5 secondes après le 1er commandement pour revenir vers son maître

Cet exercice permet de contrôler

  1. La parfaite maîtrise de l’animal par son maître en cas d’intervention et pendant des phases de mordant

  2. Le contrôle de l’obéissance du chien pendant des phases de mordant

  3. Le niveau de dressage et d’entraînement de l’animal

  4. L’aptitude de l’animal à réagir face à une agression

  1. Le caractère de l’animal

L’homme d’attaque pour cet exercice est revêtu d’un costume de mordant et ne doit pas avoir d’attitude ou un comportement susceptible de blesser l’animal. Le travail de l’homme d’attaque doit permettre au jury de vérifier si le chien est apte à intercepter un individu menaçant, de tester le courage de l’animal ainsi que la reprise du contrôle de la part de son maître.

Les clubs canins sont tributaires de la CUN-CBG, elle-même dépendante de la SCC recensant les sports canins et formant les entraîneurs et moniteurs habilités au mordant. Des activités réclamant une certaine technicité et des compétences en adéquation avec chacun de ces sports.
Mais il faut bien se rendre à l’évidence que leur formation dédiée exclusivement à l’assimilation d’un programme élaboré pour sélectionner et axer les qualités intrinsèques de chaque futur géniteur potentiel n’a qu’un but, celui de sélectionner et obtenir les meilleurs reproducteurs. Il en est autrement sur la voie publique et en intervention réelle.

Ceux qui ont pu découvrir les joies de l’intervention en VP avec les déclencheurs, les potentiellement dangereux, et les autres paramètres qui peuvent déstabiliser le chien savent qu’un dressage « mécanisé » et routinier sur la pelouse bien verte du club et face à un homme assistant équipé de son habituel costume ne servira aucunement à entraîner un véritable chien d’intervention.
Les viandards, les vrais civils, eux peuvent en manger du terrain, sans déconditionnement, mais ils se comptent sur les doigts d’une main. A contrario, un chien basique qui réclame justement un déconditionnement en règle en milieu urbain et sur des protections kevlar sous une tenue civile, devra passer par ce déconditionnement et par un dressage et un entraînement adéquat.

Et là, il n’y a pas d’alternative, les clubs canins qui ne sont pas habilités à fournir ce type d’entraînement, ne peuvent que laisser la place aux professionnels expérimentés et moniteurs cynotechniques habilités à entraîner de véritables chiens en VP.

Lorsque vous interviendrez réellement, vous ne pourrez que constater la différence : un chien de ring 3 qui vous file entre les jambes parce qu’il ne voit plus de costume d’attaque et que la personne en face est en état anormal d’ébriété, et un chien entraîné régulièrement en conditions semi réelles en déconditionnement, prêt à taper en « civil » et à intervenir au mordant le cas échéant.

Certification Interne

Certification Interne :

La Fédération vient de mettre en place une Certification Interne concernant le Chien de Patrouille, Chien Détection d’Explosif, Chien de Détection Stupéfiant et Chien de Détection Fumigène.

Read the rest of this page »

Le Chien Idéal pour le Gardiennage

Comme on peut le voir dans l’article : Les Races Autorisées en Sécurité Privée, il n’y a pas vraiment de race canine adaptée stricto sensu à la fonction de chien de surveillance. Aussi, et afin d’aiguiller le futur maître-chien, il convient de connaître d’abord la fonction et l’emploi du chien dans la fonction afin de déterminer la race et le chien qu’il convient d’utiliser.
Il n’y a pas une race qui soit « couteau suisse », chaque chien a son tempérament et il convient de ne pas négliger cet aspect. Chaque mission dans le gardiennage est différente et spécifique, et alors que l’on demandera de la vivacité et une certaine trempe à un chien en intervention, il n’en sera plus de même devant une banque où le calme et la patience sont de rigueur. En sécurité privée, la polyvalence est de rigueur, mais il ne faut pas faire l’amalgame avec un chien de patrouille des forces de l’ordre, où autre chien de l’administration.

Notre corporation est différente, de par son statut le maître chien de sécurité ne peut lâcher son chien et ne doit surtout pas le faire. Par conséquent, un chien qui escalade une palissade de 2m sera totalement inutile au binôme si le maitre ne peut pas le suivre.

Il faut faire une différence avec les sports canins qui comptent beaucoup d’exercices totalement inadaptés au chien de sécurité.

Voici une synthèse des fonctions du chien de surveillance que j’ai créé et on comprendra qu’il y a des races non autorisées au mordant par la SCC qui seraient efficaces dans bien des missions et a contrario bon nombre de chiens admis en épreuves sportives comportant du mordant totalement inadaptées dans ces missions.

A vous de juger…

Doc1-1024x724

Les Races Autorisées en Sécurité Privée

affiche-adriano-k9

 

A la F.P.A.C.S, nous avons constaté que l’unique texte législatif concernant l’utilisation et le dressage de chiens dans le domaine de la sécurité privée, est un simple accord de branche de la convention collective nationale des entreprises de prévention et de sécurité paru le 1er décembre 2006. En annexe de l’accord, et concernant les agents cynophiles, on peut lire ceci :

ANNEXE I.3
Agent de sécurité cynophile
Coefficient 140

… Pour l’exercice de l’activité de l’agent de sécurité cynophile sont exclues les races molossoïdes non soumises au travail par la société centrale canine ainsi que les chiens de type molossoïdes entrant dans la 1re catégorie définie par la législation en vigueur, et notamment les dispositions de la loi n° 99-5 du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants et à la protection des animaux.

 

Il convient de faire comprendre aux professionnels cynotechniques, que la liste des chiens admis en épreuves sportives comportant du mordant, n’est exclusivement dédié qu’aux chiens de loisirs et destinés à des sports canins. Et pour étayer cela, les textes en vigueur actuellement font une différenciation nette entre les deux disciplines; d’un côté le chien de sport et de l’autre le chien de gardiennage.

Et pourtant, il est assez fréquent de rencontrer des centres de formations se basant uniquement sur cette liste qui comporte d’ailleurs des chiens inaptes pour la fonction de chien de gardiennage. Il est évident qu’un Berger des Pyrénées, ou qu’un Puli n’auront pas le gabarit utile à la fonction.

En outre, l’accord du 1er décembre 2006 est également inapproprié, puisqu’il reste totalement inefficace dans le choix du chien de surveillance, et on peut se demander si l’accord a bien été écrit par un cynophile averti, car sur les 300 races de chiens que compte la F.C.I, et son pendant français la S.C.C, il y a la possibilité d’employer légalement des chiens totalement inadaptés au métier. On peut évoquer le Dalmatien, le Labrador, le Golden Retriever, etc…

La surveillance est une utilité à part entière, et faire un amalgame avec les sports canins est inapproprié. Il est impératif de revoir les races et surtout le type de chien apte à la surveillance et au gardiennage. Personnellement, j’évoquerais le cas du Fila Brasileiro, molossoïde du 2ème groupe qui a été classé d’office chien non soumis au travail et donc prohibé dans la fonction de sécurité privée. Un chien qui a fait l’objet de nombreux tests avec succès dans différentes fonctions de Police, armée et prison américaine.

La surveillance n’est pas un sport canin, elle a d’autres exigences et il est impératif de diviser ces deux modalités.

 

La précarité des TPE et PME

Avec la crise économique actuelle que nous traversons, il est souvent question de baisse des coûts et du coût de revient de l’Agent, en particulier de l’Agent cCnophile qui a un prix de revient significativement supérieur. On a eu tendance à vouloir incriminer les grands structures multinationales responsables de la législation devenue trop lourde à supporter pour les petites structures, ce qui pourraient causer leur perte à moyen et long terme. Tout ceci est-il un motif valable pour comprendre la fermeture et la radiation de plusieurs société de gardiennages, qui n’avaient semble-t-il pas les moyens financiers de tenir face à une concurrence déloyale que peut sembler représenter les multinationales ?

Ce sont des arguments totalement faux et il est facile de démontrer que le plupart de ces TPE, voir PME étaient en totale illégalité comptable et que leur trésorerie n’aurait pas tenue plus de cinq ans dans de telles conditions. On s’étonne parfois des prix pratiqués. Il est évident qu’une petite structure qui ne peut pas récupérer économiquement sur un contrat à perte, ne parviendra pas à rémunérer convenablement son salarié ou ne déclarera pas son activité tout simplement. Avec des tarifs de 14 à 16€ de l’heure pratiqués sur des postes d’agent cynophile, un salarié déclaré ne peut être rémunéré selon la convention collective ou ne sera pas déclaré auprès des organismes sociaux. Bon nombre de ces agents se font avoir et ne le savent que bien trop tard, comme cet exemple d’un hôpital de la région parisienne, où des agents SSIAP se sont aperçus qu’il n’y avait aucune déclaration URSSAF depuis un an effectuée par leur société de gardiennage !!

En sécurité privée, ces TPE sont astreintes au même régime que toutes les sociétés, pourtant bon nombre d’entre elles ne déclarent pas leur compte au RCS, ce qui est pourtant obligatoire; comment voulez-vous apporter une certaine crédibilité à la profession exercée si l’employeur ne fait pas ce dont il a l’obligation de faire, à savoir rendre un compte de résultats comptable annuellement.

Lorsque je vois une annonce de recherche d’agents d’une entreprise que je ne connais pas, je me rends systématiquement sur le registre des greffes du tribunal afin de vérifier le dépôt des résultats et s’il y a un E.B.E positif, on peut d’ores et déjà savoir que la société est rentable et qu’elle peut s’autofinancer. Mais la plupart du temps certaines de ces entreprises ne déposent pas leurs comptes de résultats !! Ce genre de société ne peut que manquer de sérieux et un bon conseil aux futurs agents cynophiles qui veulent se faire embaucher, commencez par vérifier ce petit détail, ne serait-ce que pour voir la bonne santé économique de la société pour laquelle vous postulez et surtout pour vous assurez que votre salaire pourra vous être versé.

Pour résumer, fuyez les TPE qui manquent de sérieux avec ce genre de détails, car vous pourriez très bien en pâtir un jour ou l’autre. La trésorerie d’une société est vitale pour celle-ci, si l comptabilité n’est visiblement pas claire, et que l’employeur cache des choses, fuyez !!

Retraite du Chien de Service dans la Sécurité.

Retraite du chien de service dans la sécurité.

branches-238379-huge

Depuis plusieurs semaines nous attendons beaucoup de maître-chien ou formateur parler qu’il existe un âge légal de départ en retraite, il faut savoir que c’est vrai pour l’administration, mais en aucun cas pour le chien de service en sécurité privée.

Pourtant, on nous a remontés certaines informations comme quoi certain responsable du CNAPS refuse un renouvellement de carte professionnelle car le chien serait trop vieux ?

Mensonge sur l’age du chien de service

Alors, afin que les choses soient claires nous avons interpellé les plus hautes instances sur ce sujet, car à ce jour nous ne pouvons pas refuser la carte professionnelle due à l’âge du chien, bien sûr il me parait évident qu’il faut d’abord penser au bien- être du chien c’est pourquoi à ce jour la seule personne compétente pour mettre en retraite un chien est le vétérinaire.

Donc afin de remédier à cela j’invite le maître-chien qui a subi un refus de la carte pour l’âge du chien de prendre contact avec la fédération.

On peut considérer la procédure de refus comme un abus d’autorité.

Je vous invite à lire la réponse officielle de monsieur le préfet Latounerie directeur du CNAPS

age du chien cnaps 1

En effet nous avons sollicité le CNAPS avec Madame Meslier de l’ADMS cosignataire de la lettre de la fédération.

Donc si un représentant du CNAPS refuse votre carte professionnelle

Voilà la procédure :

CIAC territorialement compétente

Article L633-3


Tout recours contentieux formé par une personne physique ou morale à l’encontre d’actes pris par une commission régionale d’agrément et de contrôle est précédé d’un recours administratif préalable devant la Commission nationale d’agrément et de contrôle, à peine d’irrecevabilité du recours contentieux.

Ensuite vous assignez le CNAPS délégation territoriale dont vous dépendez auprès du Tribunal Administratif.

Prise de conscience de la Corporation Cynophile

Prise de conscience de la corporation cynophile

Notre filière reste encore une grande oubliée en comparaison aux autres fonctions de la sécurité privée. Bien sûr chaque spécialité a ses problèmes récurrents, comme les SSIAP avec l’intégration ou non dans la loi de 1983 et maintenant du livre VI du code de la sécurité intérieure qui en feront ou non des agents de sûreté. Mais, ce grand débat est mené par des spécialistes de l’incendie qui osent se mettre en avant et réclamer ce qui ne va pas dans la profession. Dans la sécurité cynophile, nous n’avons quasiment pas de représentant qui puisse demander à retoquer certaines incongruités que l’on retrouve actuellement. Aucune place n’est faite à la formation de l’agent cynophile, aucune information relative au dressage du chien d’intervention, à son recyclage et à une obligation d’entraînement régulier. Juste deux lignes faisant état de la bonne éthique du maître envers son compagnon et la non-maltraitance envers les animaux. Un article très générique qui n’apporte véritablement rien de concret !

Que voulons-nous ?

Tout d’abord exigeons une formation accessible et en adéquation avec la véritable fonction de l’ Agent Cynophile qui sera amené à effectuer des missions très succinctes. Évitons les attaques à la « Rambo », et recherchons l’efficacité notamment dans les frappes muselées, dites attaques « civil ». Si l’attaque lancée permet de tester le courage du chien, elle est inutile en formation et ne sert pas à l’Agent Cynophile dans ses futures fonctions. Les différentes formations existantes et enregistrées au RNCP sont extrêmement différentes et sont, soit trop contraignantes ou soit peu étudiées.

Il convient également de rappeler que s’il y a une forte demande d’ Agents Cynophiles, il faut sensibiliser au fait que n’importe qui ne peut « détenir » un chien d’intervention. Nous retrouvons beaucoup trop de futurs Agents Cynophiles qui suivent la formation par besoin de travailler mais sans réelle motivation à travailler avec un chien, qui détestent le chien mais n’ont pas le choix (!), etc… Le pire n’étant pas de donner une chance à un demandeur d’emploi, mais de lui remettre entre les mains un chien de défense qu’il faudra savoir tenir et conduire en étant conscient des responsabilités que cela incombe. Actuellement, nous courrons à la catastrophe avec de tels formations « forcées ».

Et enfin, nous ne pouvons que nous demander s’il y a bien un représentant de la branche cynophile qui influe réellement sur les futures lois et règlements concernant l’agent cynophile ? Alors que le GT Administration de la SCC avait lancé un projet du chien d’utilité (le BCU brevet du chien d’utilité), pour lequel j’espérais une mise en place, peu de temps après, cette esquisse est restée telle qu’elle a été conçue: à l’état de projet !! Lorsqu’ il s’agit de produire des programmes poussés, curieusement, on fait machine arrière. Mais il faudra bien y arriver, lorsque nous verrons des chiens de sécurité mordre à tout va et faire la une des journaux, peut-être verrons nous enfin un texte légiférant sur la sélection de ces chiens ? Comme en sécurité incendie, un fait divers = une loi. Mais, nous préférons anticiper.

Et enfin, je tenais à saluer la Hollande, qui par son programme KNPV donnait l’exemple d’un programme de haut niveau du chien d’utilisation et qui rencontre un succès hors des frontières. Donc, ce n’est pas impossible d’y arriver en France.